Fonds Claudius Obermaier
Le fonds a été créé en 2004 par DAN Europe afin de prendre soin des plongeurs et de leurs familles qui se trouvent dans des situations difficiles.
Demander de l'aide
Les plongeurs, notre famille

La plongée est notre passion, et les plongeurs sont notre famille. Peu importe la langue qu’ils parlent et l’endroit où ils vivent : nous savons ce que cela signifie d’être un plongeur en difficulté et, quelles que soient nos différences, nous leur venons en aide par tous les moyens possibles.

Youtube channel

Trouvez l'aide dont vous avez besoin,

quand vous en avez besoin

Le Claudius Obermaier Fund porte le nom d'un jeune Allemand décédé pendant une plongée technique. Chaque fois que nécessaire, le fonds vient en aide à ceux qui ont souffert directement ou indirectement d’un accident de plongée. Au fil des années, le fonds a financé :

  • Soins médicaux spéciaux
  • Évacuation sanitaire suite à des accidents graves
  • Prothèses
  • Moyens de transport spécialement adaptés aux tétraplégiques
  • Bourses scolaires destinées aux orphelins de plongeurs décédés

 

Lisez le témoignage
29 256
membres ont fait un don
29
cas traités
UN INSTRUCTEUR SE BLESSE AU CAMBODGE
L’histoire

Alors qu’elle était en vacances de plongée au Cambodge, Adriana K. instructeur de plongée belge, a été victime d’un terrible accident de bus. Elle a été grièvement blessée, tandis que d’autres passagers sont morts.
On l’a laissée allongée sur le sol pendant deux heures et elle a finalement été transportée en voiture jusqu’à l’hôpital de Bangkok. À la suite de l’accident, son dos était fracturé à trois endroits différents et elle a dû cesser d’enseigner la plongée. Elle s’est retrouvée sans revenu. Le COF est intervenu pour l’aider et lui a fourni un lit orthopédique spécial et une prise en charge en kinésithérapie.

Le témoin

« Hier était une journée à retenir ou à oublier. Nous avons pris un bus de Sihanoukville à Trat Thaïlande pour enseigner un IDC à Koh Chang.... Le bus n’avait pas de freins du tout et le chauffeur a essayé de maintenir le véhicule sur ses roues malgré la vitesse élevée. On aurait dit qu’il avait repris le contrôle, mais le bus a basculé d’un côté, s’est incliné de l’autre, puis est tombé sur la droite et a glissé sur la pente.... J’ai aidé Adje à évacuer le bus par une des sorties du toit. Elle était couverte d’ecchymoses et souffrait de violentes douleurs au dos... Je suis restée derrière pour l’aider. J’ai d’abord sorti une fillette de 2 ans... Un homme se tenait au-dessus d’une fille et essayait de la réanimer. Nous l’avons sortie du bus et j’ai commencé la réanimation cardiopulmonaire.... Un gentil Allemand vivant au Cambodge voulait nous aider à rejoindre la frontière. Nous avons alors pris un taxi pour Pattaya et sommes allés à l’hôpital de Bangkok. »
(Le mari d’Adriana)

« Merci pour le lit médicalisé que j’ai reçu du DAN COF. J’y dors depuis seulement une semaine, mais les résultats sont déjà encourageants : le matin, j’ai retrouvé 80 % de ma mobilité. Ce lit me permet de dormir une nuit complète, ce qui n’avait pas été possible depuis le jour de mon accident. Encore merci ! »
(Adriana K.)

NOTRE SOUTIEN À LA FAMILLE DE JORGE
L’histoire

En 2013, le plongeur portugais Jorge B. décède au cours d’une plongée, laissant en arrière sa femme et ses deux filles. Le fonds Obermaier a soutenu la famille de Jorge par la remise d’un don de 5 000 € destiné à couvrir le coût des études de la cadette.
Le don a été remis lors d’un événement public qui s’est déroulé en septembre 2014 à Lisbonne.

Le témoin

« Lorsque des êtres qui nous sont chers pratiquent une activité à risque que la technologie nous incite à considérer comme un risque contrôlé, nous n’imaginons jamais qu’une plongée, un simple au revoir identique à de nombreux autres, pourrait être le dernier. Ce n’est que lorsque nous sommes confrontés à une perte que nous nous rendons compte que tout ce qui semblait impossible peut se produire.
La perte de Jorge était soudaine et abrupte, et ni moi ni notre fille Margarida n’étions préparées à faire face à une réalité si rude. Ce fut une année très difficile pour nous, rien ne parvenait à atténuer notre peine. C’était d’autant plus difficile à supporter que nous n’avions pas eu l’occasion de lui dire adieu.
Pour Margarida et moi-même, avoir été reçues à la cérémonie du fonds Claudius Obermaier à Lisbonne a été comme un baume qui nous a aidées à nous souvenir le coeur en paix de l’énorme passion que Jorge entretenait pour la plongée. Nous y avons senti la chaleur de la grande « famille de la plongée ». Cette cérémonie a stimulé l’admiration de Margarida pour son père et sa profession et lui a permis d’entrevoir l’estime que toutes les personnes présentes lui portaient. C’était particulièrement important pour la stabilité émotionnelle de Margarida. Quant à l’aspect financier, ce que certaines personnes pourraient voir comme une aide minuscule, fait une grande différence pour des personnes comme nous qui font face à tant de coups durs.
Les mots me manquent pour décrire à quel point il est important de sentir la présence des personnes que l’on a perdues au travers des gestes de celles qui restent. Une telle solidarité allège la douleur qui, bien qu'elle soit toujours présente, devient moins vive et moins dure. Merci à tous pour votre soutien. »

(La femme de Jorge)

NAUFRAGE D'UN BATEAU DE PLONGÉE
L’histoire

Le 16 avril 2013 à Koh Tachai, en Thaïlande, lorsqu’une tempête frappe soudainement la région, le bateau de plongée Little Princess commence à couler. Certains des plongeurs présents choisissent de rester à bord du navire jusqu’à ce que tout le monde soit sauvé, y compris l’équipage. Le fonds Obermaier a accordé une reconnaissance solennelle aux héros pour leur courage et leur altruisme exceptionnels et a financé l’achat d’un nouvel équipement après la perte de celui qui avait servi à sauver des vies.
 

Le témoin

«Vous avez aidé tous les instructeurs et les membres de l’équipage thaï qui étaient à bord en ce triste jour. Cela signifie énormément pour tout le monde, moi compris. Au vu de la fabuleuse aide fournie par tous en cette période difficile, je serai personnellement ravi de renouveler mon inscription aussi longtemps que je continuerai à enseigner. Je vous prie de faire suivre mes remerciements à votre équipe pour le soutien qu'ils ont tous fourni. »  
(Un membre DAN qui a survécu au naufrage)

NOTRE AIDE APPORTÉE LORS DU TSUNAMI DE 2004
L’histoire

Le 26 décembre 2004, un tsunami ravageur déferle sur l'Océan indien, laissant derrière lui de nombreuses morts. Au cours des premiers mois de 2005, un groupe de travail mené par le département de médecine légale de l’Université de Witwatersrand en Afrique du Sud dirige une mission financée par le fonds Claudius Obermaier.
Dans le cadre de deux fouilles séparées, 180 corps ensevelis sont retrouvés sur 92 îles différentes et identifiés dans le respect total des coutumes locales, particulièrement strictes en ce qui concerne l’exhumation de corps.

Le témoin

« L’équipe d’identification des victimes du désastre (Disaster Victim Identification) a beaucoup d’estime pour les autorités maldiviennes, qui ont offert une hospitalité sans bornes et une coopération totale dans une atmosphère des plus amicales. L’équipe a acquis une expérience exceptionnelle en matière d’identification des victimes d’un désastre international. Elle a également été amenée à établir une communication entre notre haut-commissariat à New Delhi et les autorités maldiviennes. » 
L'équipe DVI

« J’ai été vraiment impressionné par l’énergie des Thaïlandais. Je trouve que l’expression pensée positive décrit parfaitement bien leur mentalité. Ils ont déclaré : "Pensons à l’avenir !” Et tout le monde s’est mis au travail avec le sourire aux lèvres. J’éprouve un profond respect pour leur attitude. J’ai dit à mon ami Thaies : "Fais-moi savoir si je peux faire quelque chose pour aider". Il m’a répondu : "Tu as ton propre travail à accomplir. Invite de nombreux plongeurs".
Seiji Atsuta – Moniteur, DAN Japan

« Beau travail, DAN ! Toujours le meilleur choix pour tous les plongeurs. Cette histoire ne fait que prouver que DAN est bien plus qu’une assurance... DAN a un cœur ! » 
(Tom S., via Facebook)

« DAN en a fait plus que ce qu’il devait. C’est chose rare de nos jours. » 
(Hugo B., via Facebook)

Demander de l'aide

Besoin d'aide ?

Contactez-nous et partagez votre histoire à l'aide du formulaire ci-dessous.